News Detail

05.12.2017

SBPV-News

Six : les employés s’organisent massivement au Tessin – Touche pas à mes droits !

Depuis l’annonce de la réduction des effectifs de Six Payment et Six Payment Services et le projet de fermeture du site de Bedano, l’ASEB est au front pour présenter aux employés leurs droits et offrir de les aider. Obtenir le droit de se présenter au personnel ne fut pas une mince affaire. Sans l’intervention du Conseil d’Etat tessinois, Six aurait interdit à l’ASEB d’entrer dans l’entreprise, en violation des droits de coalition prévu par la Constitution fédérale.

Il était prévu d’organiser des assemblées du personnel en présence de l’ASEB dans les sites de Bedano, Oerlikon et au Hardturm. Finalement, une seule assemblée eu lieu à Zurich, à laquelle la majorité de employés ont pris part de façon digitale (plus d’une centaine), tandis qu’une petite dizaine osait se rendre dans la salle de réunion. Une votation sur un mandat ou une résolution ne fut donc pas possible. Il semble que les employés ont subi des pressions, afin qu’ils ne se rendent pas à l’assemblée. La crainte était palpable et les langues ne se sont déliés qu’après le départ des représentants de la direction

Au Tessin, l’assemblée était convoquée lundi 4 décembre à 16h. Là aussi, la présence des employés à l’assemblée a été déconseillée, mais en outre la représentante de l’ASEB a dû se battre pour pouvoir rentrer et pour mener l’assemblée en l’absence de représentants des ressources humaines ou de la direction.  Le courage des employés a été récompensé : ils ont pris connaissance de leurs droits, des possibilités offertes par la procédure de consultation et surtout ils ont pu poser des questions, faire part de leur frustration face à une mesure mal annoncée et une procédure de consultation qui prenait l’allure d’un exercice alibi. Ils ont aussi compris qu’ils avaient leur mot à dire. Leur premier geste fut de mandater l’ASEB pour les représenter, de voter une résolution demandant des informations supplémentaires pour pouvoir prendre part à la procédure de consultation en connaissance de cause. Ils enfin adhéré sans hésiter à l’ASEB.

Les employés tessinois montrent la voie à leurs collègues suisses allemands. Eux aussi n’ont rien à perdre en s’organisant pour faire entendre leur voix. Ils ont par contre beaucoup à perdre s’ils se laissent diviser.

Le temps presse pour Six. Un projet de plan social est dans le tiroir. Mais il n’a pas été négocié. Il tient compte des intérêts de Six, mais tient-il compte des intérêts du personnel. S’il était si généreux qu’il rende une négociation superflue, il aurait déjà été présenté en même temps que la procédure était ouverte ! Sans opposition organisée des employés, Six pourra mettre son plan à exécution et continuer à réduire les effectifs dans les autres unités.