News Detail

08.12.2016

Communiqués aux médias

Intégration BSI dans EFG : un défi pour le partenariat social

L’Association suisse des employés de banque ASEB est en contact régulier avec des responsables de la direction d’EFG et de BSI ainsi qu’avec ses employés et leurs représentants. La réduction sur trois ans de 300 à 450 emplois, dont la majorité en Suisse, est un nouveau coup dur pour les employés de EFG.

L’ASEB salue le maintien des trois sites, Lugano, Genève et Zurich. Les questions suivantes restent cependant ouvertes : la signature de la Convention relative aux conditions de travail du personnel bancaire, la négociation d’un plan social généreux et des mesures concrètes pour réduire au minimum le nombre de licenciements.

 

Le dialogue social – fondement de restructurations réussies

L’ASEB entretient des contacts étroits avec le personnel d’EFG et de feu BSI ainsi qu’avec leurs représentations. Des rencontres régulières ont aussi lieu avec des représentants de la direction. Le dialogue social ainsi noué a notamment permis la mise sur pied d’une commission du personnel chez EFG et d’éclaircir des questions comme la nécessité d’un plan social et la saisie du temps de travail. Ce dialogue social ouvert, intégrant aussi bien les commissions du personnel que les partenaires sociaux externes, est le garant d’une prise en compte des intérêts du personnel et favorise un climat de confiance particulièrement nécessaire en période de changement. Chez BSI, le personnel est particulièrement inquiet : il attend des précisions sur son sort depuis le mois de février et a subi trois changements de propriétaires.

Les prochaines étapes du partenariat social seront la négociation d’un plan social généreux et la signature de la convention relative aux conditions de travail du personnel bancaire. L’ASEB attend d’EFG la poursuite d’un partenariat social.  Celui n’a jamais été remis en question par les dirigeants de BSI.

Pour davantage de renseignements

Denise Chervet
Directrice
T 079 40 892 40

denise.chervet@aseb.ch