News Detail

17.07.2016

Restructuration

BSI – EFG, l’enjeu : une intégration réussie grâce à un dialogue social ouvert et franc.

Les employés de BSI ont subi beaucoup de mauvaises nouvelles ces derniers mois. Ils ont fait face avec dignité et détermination notamment grâce à l’engagement de la commission du personnel et du secrétariat régional de l’ASEB au Tessin. Une assemblée du personnel tenue le 16 juin 2016 simultanément à Lugano, Genève et Zurich a réuni plus de 700 employés. Les participants ont adopté  une résolution qui demande un engagement fort des responsables de EFG et BSI pour maintenir le site de BSI à Lugano et garantir le maximum d’emplois ainsi que  l’ouverture de négociations pour un plan social (voir résolution).

Entretemps l’ASEB entretient les contacts avec les responsables de BSI et EFG. Des rencontres ont lieu régulièrement entre représentants des employés et des banques afin d’être informés sur les développements du processus d’intégration, mais aussi pour demander des garanties pour le personnel : négociation d’un plan social, soumission de EFG à la Convention relative aux conditions de travail du personnel bancaire, mise sur pied d’un groupe de travail mixte EFG/BSI comme interlocuteur des responsables du personnel des deux banques et enfin l’organisation d’une assemblée du personnel de EFG en présence de l’ASEB.

Les responsables du processus d’intégration de BSI dans EFG ont énormément de problèmes, tous plus urgents les uns que les autres, à résoudre dans le délai de 12 mois fixé par la Finma. Le risque est grand dans ce contexte que les attentes du personnel ne soient pas entendues. Le dialogue social demande du temps mais il est garant à long terme d’une culture d’entreprise à laquelle employés s’identifient. Il permet ainsi de développer la confiance des employés dans la future banque, confiance qui par effet de halo favorisera aussi les relations avec les clients. L’objectifs de l’ASEB est d’assurer à la question de l’emploi et des conditions de travail la priorité qu’elle mérite et de veiller à assurer la participation des représentants du personnel pour toutes les questions concernant le personnel.  Les partenaires sociaux se sont donnés jusqu’au mois de septembre pour obtenir des réponses fiables qui doivent être préparées ensemble durant l’été.